Vélotaf : limiter la transpiration à vélo

Comment réussir à éviter de transpirer à vélo. Les bons conseils dans cet article de blog

TABLE DES MATIÈRES

Vous hésitez encore à vous mettre au vélotaf parce que vous ne voulez pas arriver à votre travail transpirant, avec des auréoles sous les aisselles et des vêtements trempés de sueur ? Sachez que l’on vous comprend très bien. Personne n’a envie de passer une journée entière à sentir mauvais. Sauf que transpirer quand on fournit un effort, c’est normal. Surtout si vous commencez tout juste à vous mettre au vélo et que votre corps n’est pas encore habitué à fournir un effort sportif quotidien. 

Ce qu’il faut, c’est appliquer des techniques et des conseils pour garder votre fraîcheur au maximum et limiter la transpiration pendant vos trajets à vélo. On vous les livre dans cet article !

Et puis, on ne voudrait quand même pas que cela vous passe l’envie d’enfourcher votre vélo !

6 conseils pour éviter de transpirer à vélo

Vélotaf : limiter la transpiration à vélo en roulant tranquillement à vélo

En pédalant, vous fournissez un effort physique qui augmente naturellement la température de votre corps. Une fois qu’il a atteint 39°C, votre corps va chercher à se refroidir. Pour ça, il va vous faire transpirer pour revenir à votre température initiale de 37°C. C’est magique, votre corps se régule tout seul. Mais l’inconvénient est que vous transpirez. 

Ce qu’il faut faire, c’est rouler tranquillement. Le vélotaf n’est pas une course entre cyclistes, ni une performance. Pour transpirer le moins possible, il faut rouler à son rythme et ralentir au départ et à l’arrivée de votre trajet. C’est tout simple : partez lentement de votre adresse de départ, en moulinant. Augmentez les vitesses pendant votre parcours. Et 5 minutes avant d’arriver à destination, ralentissez à nouveau en diminuant les vitesses.

Et si vous avez peur d’arriver en retard, il suffit de prévoir de partir quelques minutes en avance. Cette solution vous permettra pour partir en vélotaf de limiter la transpiration à vélo.

Boire avant et après le trajet

S’hydrater est important ! Et encore plus lorsque l’on fournit un effort physique comme le vélotaf. Même pour quelques kilomètres. Que ce soit 2 km, 5 km, 20 km ou 30 km. Boire de l’eau avant votre départ et à l’arrivée, va contribuer à faire baisser la température de votre corps et empêcher les gros coups de chaud.

Respecter la règle des 3 couches

Evidemment, les vêtements que l’on porte à vélo ne sont pas les mêmes selon les saisons et sont à adapter par rapport au temps. On ne s’habillera pas de la même façon sous un soleil à 30°C que sous la pluie. Mais ce qui revient à chaque fois, c’est que vos vêtements doivent absolument être respirants !

La technique la plus connue et la plus efficace pour évacuer la sueur de l’intérieur vers l’extérieur et assurer une bonne isolation et respiration de votre corps, est la règle des 3 couches avec des vêtements techniques de préférence.

La 1ère couche, un sous-vêtement respirant :

  • En plus d’évacuer votre transpiration en étant respirant et près du corps, le sous-vêtement à manches courtes va vous protéger contre le froid et vous garder au sec. Voyez-le comme une seconde peau.

La 2ème couche, un vêtement isolant :

  • A manches longues, le vêtement isolant va vous garder au chaud et garder la chaleur. Et veillez à ce que cette deuxième couche soit toujours respirante.

La 3ème couche, un coupe vent :

  • Pratique, la veste coupe vent va vous protéger si une petite pluie arrive, s’il fait froid ou s’il y a du vent. Pensez à ce qu’il soit imperméable pour vous protéger de la pluie.
👉 Si vous avez encore des hésitations sur votre tenue, n’hésitez pas à aller voir notre article sur les équipements à avoir à vélo
limiter la transpiration à vélo

Limiter la transpiration à vélo

1. Bannir le sac à dos

Aussi étonnant que ça puisse paraître, porter un sac à dos pendant son trajet à vélo n’est pas une bonne idée. Attention ! Nous ne sommes pas en train de vous dire de ne pas prendre de sac à dos avec vous pour la journée. Un sac à dos, c’est toujours pratique. Que ce soit pour emmener son déjeuner, une tenue de rechange, son ordinateur… Ce que l’on vous conseille, c’est tout simplement de ne pas le porter sur votre dos. 

Car l’une des règles d’or pour affronter la transpiration à vélo, est de laisser son dos libre comme l’air ! Sinon, poser contre votre dos, le sac à dos se collera contre votre dos (et donc contre votre tee-shirt). Il s’y frottera pendant votre trajet et empêchera la respiration de votre haut. 

Pour éviter de porter votre sac sur votre dos, vous pouvez opter pour : 

  • Un panier à fixer sur l’avant de votre vélo, dans lequel vous déposerez votre sac. L’avantage, est que vous pourrez toujours avoir un œil dessus.
  • Un porte bagage, à l’arrière de votre vélo sur lequel vous pouvez attacher votre sac à dos
  • Un sac bandoulière, à porter sur l’épaule, de côté. Mais ce n’est pas le plus pratique ! Souvent le sac frotte contre les genoux et vous donne mal au dos à cause du contrepoids. Sans parler du fait que même si elle n’est pas épaisse, la bandoulière peut amplifier la transpiration de votre dos.
  • Des sacoches, sur les côtés de votre vélo. Vous viendrez y mettre votre sac ou son contenu. Attention par contre à ne pas vous déséquilibrer et à éviter un contrepoids, en chargeant de façon égale vos sacoches de vélo.

2. Prendre une douche avant de partir

On ne dirait pas comme ça, mais la transpiration est inodore naturellement. Ce qui cause la mauvaise odeur de la transpiration, ce sont principalement les bactéries qui sont à la surface de notre peau. Dès qu’elles entrent en contact avec la sueur, elles produisent une mauvaise odeur. C’est pour ça que si vous prenez une douche juste avant de partir, votre transpiration aura moins de chances de sentir mauvais.

Mais pas si vite, on est pas en train de vous dire non plus qu’elle aura l’odeur de votre gel douche !

3. Vélotaf, limiter la transpiration à vélo : se changer à l’arrivée

Si vos bureaux sont équipés de douches, vous avez la chance de pouvoir vous rafraîchir en arrivant et vous changer. Mais si vous n’avez pas de douches dans vos locaux, ce n’est pas grave ! Heureusement, tous les bureaux ont (normalement) des toilettes. Vous pouvez prévoir d’emmener avec vous une serviette et un savon pour vous rafraîchir les aisselles et vous essuyer le dos si vous avez transpiré. C’est là que les odeurs de transpiration se ressentent le plus.

Profitez-en pour vous changer, mettre du déodorant et des vêtements propres. Et là, adieu l’odeur de sueur ! N’hésitez pas à mettre vos habits de vélo à sécher. Surtout si vous avez roulé sous la pluie, vous pouvez en profiter pour mettre aussi vos vêtements de pluie à sécher sur un cintre par exemple.

4. Vélotaf : limiter la transpiration à vélo en anticipant son trajet

La transpiration arrive aussi quand on stresse. Et ce qui est facteur de stress quand on roule à vélo est souvent l’itinéraire : on connaît mal la route et le trajet ne se passe pas comme prévu. A ce moment, vous n’êtes pas à l’aise et c’est là que des accidents peuvent arriver. 

Pour éviter ça, préparez votre trajet et anticipez-le. Aidez-vous d’application d’itinéraires vélo comme Géovélo ou bien faites votre trajet à vélo pendant un week-end lorsque la circulation est moins intense et que vous n’êtes pas pressé par le temps.

Comment réussir à éviter de transpirer à vélo. Les bons conseils dans cet article de blog

Notre conseil d’expert

Se mettre au vélotaf progressivement

Nos conseils si vous souhaitez vous mettre au vélotaf ? Allez-y progressivement. Vous pouvez par exemple commencer par sortir votre vélo ponctuellement 1 ou 2 jours par semaine, lorsque les beaux jours arrivent d’avril à septembre. Les températures sont plus douces et le soleil se couche plus tard. C’est une période très agréable pour rouler à vélo.

Puis continuez en automne et en hiver, en le sortant dès que le temps vous le permet. Et quand vous vous sentez prêt, investissez dans des équipements pour affronter la pluie pour que le vélo devienne votre mode de transport principal sans que les intempéries vous passent l’envie de le sortir.

Ce qui est certain, c’est que plus vous pédalez, moins vous transpirez car votre corps s’adapte à l’effort physique. Il suffit de passer le cap, d’avoir un bon vélo, de bons équipements et de bons tips ! Une fois que c’est fait, vous ne pourrez plus vous en passer, c’est addictif. Et on sait de quoi on parle. À La Ruche à Vélos, on a des vélotafeurs aguerris dans l’équipe.

PARTAGER CET ARTICLE
S'inscrire à la Rucheletter

Vous êtes cycliste ? Tous les mois, on fait rouler jusqu’à votre boite mail nos dernières nouvelles.

VOUS AIMEREZ AUSSI