Se mettre au vélo en ville : les bonnes raisons pour ne plus hésiter

Se mettre au vélo en ville

TABLE DES MATIÈRES

La France vise les 12% de part modale vélo en 2030. Mais il y a encore du chemin à parcourir, quand on observe qu’aujourd’hui elle vélo atteint les 3%. Alors pour développer la pratique cyclable en ville, il faut aller chercher les futurs cyclistes. Ceux qui ne savent pas encore qu’ils enfourcheront un vélo demain. Mais seulement voilà : certains sont encore réticents à adopter le vélo en ville. Et la majeure partie du temps, c’est par peur d’être vulnérable sur la route. Alors on a décidé de décortiquer les raisons qui vous empêchent de vous mettre au vélo. Car c’est souvent parce que l’on ne connaît pas, que l’on ne veut pas.

Les communes ont encore du pain sur la planche, pour déployer la pratique cyclable et le vélo en ville

Un taux d’exposition aux accidents de la route minime, mais réel pour le Vélo en ville

D’après la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette), un cycliste a 1,5 fois plus de chance qu’un automobiliste d’être tué sur la route. 32 fois pour les deux-roues motorisés. Si ce taux d’exposition des cyclistes aux accidents de la route reste minime, il n’en demeure pas moins réel. 

Il est vrai qu’en vélo en ville, on peut vite se sentir vulnérable lorsque l’on roule parmi les voitures, scooters, bus, tramway, camions… Si les véhicules à 4 roues ont une carrosserie qui les protège en cas d’accident, nous cyclistes, nous n’avons rien ! Le partage des voies et la cohabitation des usagers de la route est donc un vrai sujet à prendre en considération. Car si cette cohabitation est mal rodée, elle peut entraîner des discordes, voire des accidents.

Surmonter la peur des accidents à vélo en ville

La majeure partie du temps, lors d’accidents à vélo en ville, il y a plus de peur que de mal. Nous ne souhaitons pas minimiser les accidents à vélo en zone urbaine, loin de là ! Mais les chiffres sont parlants : dans 70% des cas, la gravité de la blessure du cycliste urbain est légère. Tandis qu’en milieu rural, où la vitesse de circulation des véhicules est plus élevée et dépasse en moyenne les 50 km/h, la gravité des blessures est beaucoup plus importante. Pour avoir une vision plus globale des accidents à vélo en France, on vous a déniché une carte des accidents à vélo :

https://www.leparisien.fr/societe/cyclisme-la-carte-des-zones-les-plus-dangereuses-a-velo-15-02-2021-8424968.php

Alors oui, il y a bel et bien des risques de rouler à vélo en ville. Mais comme tout moyen de transport, il s’agit d’identifier ces risques pour mieux les anticiper. Et ainsi rouler plus sereinement.

Bonne nouvelle ! On a fait le travail pour vous. Juste en dessous, on vous déroule les mesures déjà prises (et celles qui pourraient l’être) par les villes et les cyclistes, pour développer la part modale à vélo et vaincre les a priori sur la peur de rouler à vélo.

Focus sur 3 mesures destinées aux collectivités

Aménager des voies cyclables

En matière d’aménagements de pistes cyclables, il y a encore du boulot ! Il suffit de jeter un coup d’œil à cet épisode du Biclou Parisien, qui réalise le palmarès des pires aménagements cyclables. / “Le top 5 des pires aménagements pour les cyclistes” https://www.youtube.com/watch?v=CocgQYATdyg

Il est clair qu’en France, nos infrastructures cyclables sont loin d’égaliser des villes comme Amsterdam ou Copenhague, où il fait bon vivre à vélo. Mais de plus en plus de communes fournissent des efforts et mettent en place des actions concrètes. Par exemple avec l’élargissement des pistes cyclables, pour laisser plus d’espace aux cyclistes. Ou bien avec les coronapistes apparues lors de l’après-confinement. Certaines ont même été pérennisées et sont devenues de vraies voies cyclables.

👉 Vous souhaitez en savoir plus sur la pérennisation des coronapistes ? Jetez un oeil à cet article 

Les bonnes raisons de voyager à vélo

Aménager les intersections

Parmi les enjeux majeurs des politiques cyclables, on retrouve la question de l’aménagement des intersections. En 2011 “Dans les agglomérations, 44% des accidents cyclistes ont eu lieu à des intersections”. (Source : base VOIESUR cycliste, Analyse de l’accidentalité cycliste)

Le danger des intersections réside dans le fait que de nombreuses personnes se croisent à cet endroit : automobilistes, poids lourds, piétons, cyclistes… En plus des règles de base à respecter pour assurer la cohabitation, ces intersections doivent impérativement être aménagées de façon à être sécurisées, lisibles et visibles par l’ensemble des usagers.

Empêcher les vols et dégradations des vélos en villes

Un autre blocage : les vols et les dégradations des vélos et des équipements cyclistes, qui sont des freins à l’achat d’un vélo. 

Ce sujet est d’autant plus mis sur le devant de la scène depuis le boom des ventes de vélos à assistance électrique (VAE). En effet, les VAE requièrent d’allouer un budget important dès l’achat, avec un coût de 1500€ en moyenne par vélo.

👉 Si vous souhaitez des conseils sur un bon VAE : https://reine-bike.com/

 Il est alors hors de question de laisser son vélo dehors ! Une des solutions serait de le mettre dans son garage. Facile pour les personnes vivant en zone rurale. Beaucoup moins pour celles qui vivent en centre-ville.

Là aussi, des solutions existent. Il existe différents types d’abris vélos, selon les besoins des cyclistes :

  • abris individuels
  • abris collectifs
  • huches

Mais ces abris vélos classiques n’empêchent pas les vols, ni les dégradations. Car toute personne munie d’un badge ou d’une clé peut accéder aux vélos qui y sont stationnés. Il n’y a pas vraiment d’abris vélos sécurisés. 

👉 Avec le parking vélo sécurisé et automatisé de La Ruche à Vélos, la question ne se pose pas : la zone de stockage du parking à vélos est 100% accessible, de façon à ce que personne (ni même vous) n’ait accès aux vélos stationnés à l’intérieur du parking. 

Pour en savoir plus : https://larucheavelos.fr/contact

Être réticent à adopter le vélo est normal ! Mais une fois qu’on a compris que des mesures sont mises en place par les collectivités pour rouler plus sereinement, on peut enfin s’affranchir de cette peur et sauter le pas. Il suffit maintenant que de s’équiper pour se sentir en sécurité.

Focus sur 3 mesures destinées aux cyclistes

Choisir un vélo sur lequel on est à l’aise

Ok, mais quel vélo choisir face aux nombreux modèles qui existent ? Pour choisir un vélo adapté à son besoin, il faut avant tout se poser les bonnes questions : 

  • Quelle utilisation j’en ferai ?
  • A quelle fréquence vais-je l’utiliser ?
  • Où je vais pouvoir le stationner ?
  • Est-ce que j’ai besoin d’équipements additionnels ?
  • Quel est mon itinéraire ? Est-ce qu’il y a beaucoup de dénivelés ?

Une fois que vous avez les réponses à ces questions, on vous conseille de vous rendre en boutique spécialisée. Des vendeurs experts pourront vous guider sur un modèle adapté à votre utilisation et sur les équipements adéquats, pour rouler en toute sécurité. . Vous pouvez tout aussi bien pencher pour un vélo d’occasion !

Dans tous les cas, on vous conseille d’acheter en plus un casque, pour éviter tout traumatisme lors d’une chute et des lumières pour rester visible dès la tombée de la nuit.

Connaître son itinéraire

Trouver son itinéraire en ville peut vite s’avérer complexe. Quand on a l’habitude de faire les trajets en bus, à pied ou encore en voiture, on se rend vite compte qu’à vélo, l’itinéraire n’est pas exactement le même. Et ça peut vite être déstabilisant : entre les sens interdits, les intersections, les pistes cyclables…

Pour vous guider tout au long de votre itinéraire, il existe des applications dédiées. On vous conseille Geovelo, une application très complète qui vous permet d’élaborer un itinéraire personnalisé en s’adaptant à votre type de vélo, au type de parcours que vous préférez (plus rapide ou bien plus sécurisé), tout en vous guidant en temps réel quand vous roulez.

Se mettre au vélo

Respecter le code de la route du vélo en ville

On l’oublie souvent, mais sur la route, le Code de la route s’applique à tous. Même aux cyclistes ! De façon à assurer la cohabitation entre tous les usagers. On voit d’ailleurs souvent des campagnes de prévention et de sensibilisation sur la sécurité routière. Comme en 2020, avec la campagne “Attention à vélo, attention aux vélos” qui fait appel à la mobilisation des automobilistes et cyclistes à être plus prudent et à respecter le code de la route.

Conclusion

Le Baromètre des villes cyclables est un bon moyen de donner un indice de satisfaction des cyclistes en France. C’est une enquête menée auprès des citoyens, pour leur permettre d’évaluer les communes où ils se déplacent à vélo. Les résultats attendus en Février 2022 permettront d’appréhender au mieux vos déplacements à vélo et ainsi ne plus hésiter à rouler à vélo ! Avec ces résultats, et plus de 1600 communes notées en 2021, la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette), espère peser dans les débats des élections présidentielles et législatives. Mais aussi donner une part de responsabilité aux collectivités dans l’aménagement du territoire en faveur de la pratique cyclable. Tout cela dans le but de développer la pratique cyclable et augmenter les bonnes raisons de rouler à vélo !

 
PARTAGER CET ARTICLE
S'inscrire à la Rucheletter

Vous êtes cycliste ? Tous les mois, on fait rouler jusqu’à votre boite mail nos dernières nouvelles.

VOUS AIMEREZ AUSSI